comment devenir astronaute

Les chances d’accéder à ce métier sont minces et les opportunités de voyager dans l’espace ne sont aussi proposées qu’à quelques astronautes. Mais ce n’est pas pour autant des raisons de baisser les bras si on a une formation universitaire poussée dans le domaine du génie, de science ou du domaine médical. A cela s’ajoutent une santé irréprochable, des expériences de quelques années comme pilote, et d’autres compétences psychologiques exceptionnelles.

Le cursus pour devenir astronaute

Selon le responsable au CNES (centre national d’études spatiales), les candidats à ce poste doivent avoir au moins un master en science (biologie, mathématiques, physique chimie, informatique, ou en génie etc). Mais l’idéal serait un doctorat ou un diplôme d’ingénierie en aéronautique. Outre les connaissances scientifiques, le postulant doit acquérir au moins deux années d’expériences professionnelles dans son domaine et une compétence dans une autre discipline. Les candidats qui ont des expériences dans le milieu aérospatial sans forcément être pilote, mais même parachutiste ou plongeur sont également favorisés. Il faut aussi évidemment avoir un bagage de connaissances liées à ce secteur. Notons qu’au début de la conquête de l’espace, le métier n’est accessible qu’aux pilotes de ligne, aux pilotes d’armée et aux pilotes d’essai, mais les conditions sont moins serrées aujourd’hui, même si les solides expériences en matière de vol sont toujours de rigueur. Il est en effet exigé à un futur astronaute d’avoir fait au moins 1 000 heures de vol. Les critères de sélection de l’Agence spatiale Européenne sont très rigoureux. Le fait d’avoir des compétences techniques et des facultés intellectuelles exceptionnelles ne suffisent pas pour être embauchées.

D’autres qualités requises pour devenir astronaute

Les paramètres de recrutement concernent également l’âge, la taille, la santé, l’aptitude à travailler en équipe, l’art de parler en public, le maîtrise de langues vivantes autres que le français ou l’anglais. Pour être retenus, le candidat doit avoir entre 27 à 37 ans et peser entre 50 et 95 kg. Il doit mesurer entre 149,5 cm à 195,5 cm et avoir une acuité visuelle 20/20. Les daltoniens ne sont pas admis. En revanche, ceux qui ont subis une chirurgie réfractive au laser ne seront pas refusés. Mais les problèmes auditifs ne sont pas tolérés. La pression artérielle du candidat en position assise ne doit pas aussi dépasser 140/90 mm Hg. Les recruteurs regardent également les examens médicaux. Le vol en orbite étant une activité qui contraint terriblement le corps, une excellente condition physique supérieure à la moyenne est incontournable. En dehors de ces exigences physiques et médicales, le futur astronaute aurait également à parler au moins l’anglais couramment. S’il est polyglotte comme Thomas Pesquet, ce sera un atout de plus. Sur le plan psychologique, le futur astronaute doit faire preuve d’intégrité, de jugement, de raisonnement, de débrouillardise, de force de caractère et de motivation. Il doit aussi avoir un esprit de synthèse et aimer travailler en groupe. Enfin, l’aptitude technique à manipuler les systèmes mécaniques et la pratique de l’informatique seront également requises. Bref, les critères de sélection difficiles rebuteront ceux qui ne sont pas passionnés par l’espace.

devenir-astraunote